No Post-it day

Pour le Team Event organisé en collaboration avec notre partenaire SASASA pour la Direction Générale CONNECT de la Commission européenne, nous n’avons utilisé aucun post-it. Pas pour économiser du papier. Don’t print this Email! Don’t use post it? Dès le premier briefing, la directrice du service pour lequel on organise l’événement proscrit ce support avec un ton autoritaire. J’ai soulevé mon sourcil droit, normalement personne ne le voit, pour exprimer le doute et l’incompréhension. « Mais pourquoi? » Je n’ai pas demandé. Une directrice en briefing de base, c’est un peu intimidant. Surtout si les trois autres personnes à la table se taisent.

« Faire se rencontrer les gens, briser les silos, pour 120 personnes, de 9h30 à 17h ».

« Sans post-it. »

Voilà une contrainte un brin absurde, amusante. Pourquoi pas, me dis-je, en rédigeant la conduite de la journée, tout en veillant à ce que les moments de parole et de jeu s’agencent habilement.

Sabine Cloos et Martin Ophoven se lancent le matin sur une série de jeux collectifs en version taille XXXL: « Marcher dans l’espace », « Jeu de la chaise vide » suivis de discussions. Progressivement, les participants reconnectent à leur imaginaire, à leur fantaisie, aux idées des autres, sans ces chers blocs jaunes dont tout facilitateur de discussion use et abuse pour « capitaliser les bonnes idées ». Ne pas passer par la case « écrit » permet d’avancer, de progresser. Nous aboutissons ainsi au climax de la journée, à 15h, mettant en scène une succession de mini-pièces de théâtre, portées par une centaine de participants, structurés en 5 groupes, sur les thématiques de la Direction ‘Digital Society, Trust and Cybersecurity’.

Quand c’est réussi, ça se voit, ça se sent. Joie. Rires. Applaudissements.

La directrice clame que nous sommes « géniaux ».

La plus grande satisfaction des autres improvisateurs qui encadrent la production théâtrale, c’est de constater que tout le monde joue, raconte ces histoires à propos de leur métier (l’impact des évolutions digitales sur la société européenne), alors qu’en démarrant la session juste après la pause de midi, les visages des gens n’y croyaient pas. Cette transformation, c’est la magie de l’impro qui l’a produite. Jouer, se lancer, co-construire, rire. Mais pas que…

Se passer d’écrire, de figer sur du papier, de réfléchir, d’analyer, de comparer…l’absence de tout support écrit a amélioré la fluidité de la journée et l’élan créatif en cours. No post-it. Yes, I like!

Je suis déjà fervent défenseur des salles de réunion sans tables. Je regarde désormais les post-it d’un autre œil. La parole, la co-construction, la confiance n’ont pas besoin de ces petits morceaux de papier, malgré tout porteurs d’un substrat de fragmentation, d’isolement, de possession, de contrôle. Et si, un jour par an, une réunion par an, on pouvait lâcher l’écriture, renouer avec l’oralité, l’action, le jeu.

J’ai appris cela « à cause » d’une cliente « capricieuse ». Comment? Grâce à une avant-gardiste, me faut-il corriger! Je l’ai d’ailleurs remerciée en clôture d’événement. « We learned from each other. So is a good collaboration » m’a-t-elle dit.

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.