La world cup 2026

Douze années qu’on attendait ça !

Les diables rouges, la World cup et caetera

Douze ans, c’est trois fois une coupe du monde. Une coupe tous les quatre ans, 3X4, douze ans!

La dernière édition pour l’équipe belge, c’était en 2002, je me rappelle bien.

En juin 2002, nous vivions en Italie, Géraldine et moi. Vivre une coupe du monde dans une nation du foot donne une saveur spéciale à l’expérience ‘coupe du monde’ De la nonna au petit bimbo, tout le monde vit à l’heure du foot pendant un mois.

J’ai vécu le même phénomène quatre ans plus tot, en 1998, en Argentine. La pasion futbol. Un vrai bonheur! Les diables n’avaient pas brillé cette édition là, mais les souvenirs de liesse populaire me font encore vibrer. J’étais très loin géographiquement de cette France qui allait décrocher le graal du ballon rond.

1994 – Etats-Unis. Dans mon kot, en plein blocus, en première année d’étude. Pfff.

1990 – Italie. Un adolescent à mobilette. Broum

1986 – Mexique. « Oléé. La Belgique a battu la Russie. On est les plus forts ». Le grand jojo était déjà vieux. J’étais contaminé à la fièvre du mondial. Les archives du foot belge sont stockées à jamais sur mon disque dur.

1982 – Espagne. A huit ans, tout ce qui m’intéressait, c’était les albums panini. Je n’ai vu aucun match.

La mathématique des coupes du monde livre une échelle amusante du temps qui passe.

Rhoo Douze ans sans mondial pour les belges et aucun souvenirs des éditions 2006 et 2010.

Douze ans ? Qu’est-ce que j’ai foutu pendant douze ans?

2002?

En 2002, j’étais business analyst. Consultant à fond dans son illusion de la réussite, sur de lui . Un avenir tout bien carrieré. L’assurance groupe alimentait le compte en banque de ma future pension. L’avenir était une ligne claire et bien droite.

En 2002, j’avais pas d’enfants ! Incroyable. J’ai du mal à m’en rappeler. Jules 10 ans, Mathis 8 et Yann 3 et ils sont bien réels à mes côtés. Chaque jour, tellement vivant, tellement présents. Mais bon sang, qu’est-ce que je faisais de mes journées ? Ah oui, j’étais business analyst, j’étais très occupé!

Pas de gsm. pas de facebook n’existait pas. L’internet 1.0.  J’avais un petit blog sur la vie en Italie. Une page en « Hacheté-Hemelle »

En 2002, je n’avais jamais fait de théâtre ni d’improvisation de ma vie! 😮  (J’ai commencé en janvier 2013). Douze ans, c’est exactement le nombre d’année de pratique de l’improvisation. En 2002, je l’ignorais, mais j’allais muter !

Si on m’avait dit à cette époque que je serais qui je suis aujourd’hui, je n’y aurais pas cru. Non non non. Comédien? tu déconnes. Normal, vu « qui j’étais » à l’époque. Un business analyst, c’est pas un comédien. Je suis plus le même que j’étais. Maintenant au moins, je suis moi. Enfin, je crois. Avant j’étais moi, mais moins moi que maintenant…Tu me suis?

Douze années sans les diables. Douze année de transition. Est-ce que tout ceci est lié ? 2014-2002-les diables-ma mutation? Il serait bien fou(oot) de le croire. C’est juste un « hazard ».

Les douze années de disette footballistique de la Belgique sont elles liées à mes douze années de mutation ?

Y aurait-il eu un creux énergétique du soleil dont les diables auraient souffert. Creux qui m’aurait projeté dans une dimension parallèle dont je viens à peine de sortir, douze ans après ? Les worldcup vides se seraient-elles alors subitement remplies d’improvisation, d’enfants, de gsm ? Je vais finir par le croire.

Le cycle de la transformation du monde est-il un ballon rond qui se boucle tous les douze ans ? Les bureaucrates véreux de la FIFA vont devenir les nouveaux papes du New age, les leaders des nouveaux paradigmes du monde à venir? Bon sang, mais c’est bien sur…Les stars du ballons ronds se révèleront alors en philosophes zen acrobates. Les coach inviteront leurs joueurs à improviser un balais collaboratif sur le gazon vert, à créer un potager bio sur le gazon avec leurs paquets des frites sans gluten à la sauce verte. Oui, c’est possible!

Douze ans ?

Vivement la world cup de 2026 !


Une réflexion sur “La world cup 2026

  1. « Avant j’étais moi, mais moins moi que maintenant » : oui je te suis parfaitement, Martin. J’aime bien le final, les nouveaux paradigmes 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s